propos

 …propos 2017

 paix intérieure,  douceur,  vacuité,  « in lak’ech »… Le blanc renvoie la lumière. Mes volumes s’en inspirent.   

                                                                                                                                        EB

 

  …propos 2012/2013                          

Depuis ce début d’année, je dessine.

Je me libère d’écritures automatiques, de gestes spontanés: par la plume, sans préparation.

Un fil/un trait conducteur qui en entraîne un autre et d’une suite logique dans mon esprit, se crée un monde.

Monde organique, textile, rangé, parfois habité, parfois compliqué mais reposant, peut-être poétique…

Univers serein, dédié à l’imaginaire,
monde en suspension où tout est possible.

En réponse à ces mondes à plat, des volumes émergent, fragiles, en ruine ou en construction…

Le fil remplace le trait, le dessin devient objet.                                                 

                                                                                                                                     EB

                

…propos 2011

Des volumes blancs,symboles de nos ¨mal-être¨ que je mets en scène,interrogeant ironiquement nos choix de vie.

                                                                                                                                         EB

                                       

       °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ironiques, ludiques, provocatrices, les pièces sont pensées pour que le public s’engage, touche, joue, s’investisse, s’identifie, s’analyse face au thème proposé,″retrouver la vérité, sa vérité″.

Les formes arrêtent le regard, la matière interpelle, les mots perturbent.

Les volumes blancs symbolisent nos ″mal-êtres″, ils  racontent nos choix de vie trop souvent influencés, voir copiés-collés, et l’engrenage consumériste-matérialiste dans lequel ils nous entraînent.

                                                            GAUTHIER    (artiste plasticien)

       

 
…propos 2009…

Dans notre pays « si bien développé » nos vies sont assistées,programmées, calculées,alimentées par des besoins superficiels.

Plus d’envies de conquêtes et de grandes découvertes, plus d’instinct de survie, plus de rêves.

Des petits désirs,un peu d’espoir; puis des manques,des résignations, des angoisses, des incertitudes, des non-dits pour une vie que l’on ne choisit pas, que l’on n’imagine plus, que l’on ne prend plus en main.

On se laisse porter par le flot de cette « belle société » et ses chemins tout tracés.

Mais, révélée par un soupçon de rébellion, de cette succession de non-décision -d’actes manqués-de regrets-d’acceptations naissent des noeuds , qui s’accrochent dans les ventres ou se noient dans les cerveaux.

Des noeuds intérieurs que je concrétise par des volumes de fils mêlés, blancs, qui se veulent beaux, réguliers,harmonieux car plus facile à occulter, à dissimuler face aux regards de ce ¨pays riche où rien ne manque¨.

Restent ceux qui démêlent leurs noeuds et qui sans mensonge, ni artifices  assument leurs choix, gèrent leurs vies. Ils ne s’interdisent pas d’être eux-même et sont libres, simplement, à côté ou sans les autres .

                                                                                                                                          EB

 

 

…propos 2008

Je crée des surfaces comme l’on construit une vie .

Par les différences d’épaisseurs, les diverses textures, j’exprime des états d’âme, des trop pleins d’émotions, des vides intérieurs, des absences humaines, des intensités de parcours, des prises de choix. (volume tissé et plexiglas)

Assumer ses choix sans excuses, sans mensonge,  pour trouver son propre équilibre. 

Ou suivre “la masse“ et ne plus gérer ces noeuds intérieurs qui envahissent corps et esprit.

Savoir démêler ces fils qui se perdent et nous entraînent, ces surfaces qui s’unissent sans début, ni fin. (noeud intérieur)

Je travaille le blanc ou juste un fil de couleur qui symbolise une frontière à surtout franchir … ou non.

Se remettre en questions, se retrouver et envisager un idéal, naïf, pour des vies sans artifices, ni normes: libre d’être, simplement .

                                                                                                                             EB